Alain Crozier

accueil  livres  arts  musique  journal  agenda  photos  videos  bio  shop


LC 73 journal > archives


NARCISSISME n. m. Amour exclusif de sa propre personne. || Psychanal. Investissement de la libido sur la personne propre.

JOURNAL n. m. Ecrit où l'on relate les faits jour par jour. || Journal de bord (Mar.) , registre dans lequel sont inscrits tous les renseignements concernant la navigation d'un navire. || Journal intime, notation, plus ou moins régulière, de ses impressions ou réflexions personnelles.





10 juin 23:25
It's a Sin

Le désherbage devient une drogue. Je me demande ce que je ferai si je n'avais plus ma maison avec le jardin et les extérieurs... La drogue c'est pas bien...
La fatigue masque la colère, mais quand la fatigue n'est plus là, difficile de cacher cette colère... colère, pas bien...
SI j’enlève ma couche de générosité, il ne reste qu’une surface froide. A-ton le droit de ne plus vouloir tendre la joue?
Si je suis altruiste à l’extérieur, je suis misanthrope à l’intérieur... un peu... quoique ça peut être le contraire...

Plus de boites de nuits à LC… quelle tristesse… vieux con ? non car s’il y en avait, je serai le premier à aller y danser sur la musique du gros Larry... ou du fin Neil... et les vieux cons ne dansent pas...
(pas bien de dire "con")...




When I look back upon my life
It's always with a sense of shame

I've always been the one to blame
For everything I long to do
No matter when or where or who
Has one thing in common too
It's a, it's a, it's a, it's a sin
It's a sin
Everything I've ever done
Everything I ever do
Every place I've ever been
Everywhere I'm going to
It's a sin

At school they taught me how to be

So pure in thought and word and deed
They didn't quite succeed
For everything I long to do
No matter when or where or who
Has one thing in common too
It's a, it's a, it's a, it's a sin
It's a sin
Everything I've ever done
Everything I ever do
Every place I've ever been
Everywhere I'm going to
It's a sin
Father, forgive me
I tried not to do it
Turned over a new leaf
Then tore right through it
Whatever you taught me
I didn't believe it
Father, you fought me
'Cause I didn't care
And I still don't understand

So, I look back upon my life
Forever with a sense of shame
I've always been the one to blame
For everything I long to do
No matter when or where or who
Has one thing in common too
It's a, it's a, it's a, it's a sin
It's a sin
Everything I've ever done
Everything I ever do
Every place I've ever been
Everywhere I'm going to
It's a sin
It's a, it's a, it's a, it's a sin
It's a, it's a, it's a, it's a sin

(Pet Shop Boy - It' a Sin - 1987)











13 mai 22:41
In the Name of the Rose

Je n’arrête pas de repenser à ce film que j’ai vu, en l’an de grâce 2024, il y a quelques semaines, pour la première fois sur écran géant… et où le message y est passé de manière très claire…
Forcement en grand, en plus grand… plus que sur petit écran… du moins, les plusieurs fois où je l’avais vu sur petit écran, bien que concentré, ce message ne m’avait pas autant frappé…
Et puis, ce message, il est toujours d’actualité…
La duperie est vieille comme le monde…

Peur
Rire
Croyance
Ignorance
Connaissance


Loin de l’obscurantisme…







05 mai 22:34
Dépasser les frontières

Je me rappelle M… il y a longtemps. Elle m'a dit un jour, quand elle était avec moi, et qu'elle me poussait à avancer, qu'elle m'encourageait, elle m'a dit en substance un truc comme ça  « : tous les jours créer quelque chose, même un tout petit peu, un mot juste, juste noter une idée… »

J’ai envie d’écrire écrire, écrire… récit, nouvelles, romans…  forme toujours courte, des micro fiction, histoires courtes. Auto fiction preque sûr. Casser les codes. Comme Tim Buckley, dépasser les frontères...

écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire écrire


Ces dernièrs temps, la pleine lune semblait durer des jours...






Archives
 
EN - FR
Autres journaux
Gabrielle Burel
Murièle Camac
Claire Ceira
Audrey Chambon
Cold Water
Les Grands Lunaires
Gabrielle Jarzynski
Jolie chaussette
Anna Jouy
Lunar Caustic
Lune
Maybe Lyne
Littérature et Compagnie
L'oeil bande
L'Oeil crie
Temps présence
Verre Menthe
Vieil Etang

© Alain Crozier 2016  - mentions légales - newsletter - contact
accueil  livres  arts  musique  journal  agenda  photos  videos  bio  shop